Freelance 2020

Le bilan de mon année 2020

🤔 J’ai l’impression que je n’ai jamais autant demandé “Comment s’est passée ton année?” et qu’on ne m’a jamais autant posé cette question.

C’est à la mode, chaque année, début janvier, de voir fleurir des bilans partout sur Internet, et ce n’est jamais quelque chose que j’avais ressenti le besoin de faire, de façon publique en tout cas.

Cette fois, au bout de 5 ans et demi de freelancing, mais surtout après l’année qui a vu le plus mes activités évoluer, j’ai envie de me pencher avec vous sur ce que je retiens des 12 mois qui viennent de s’écouler

🤐 Le covid, mon mariage, vous saurez tout sur mon année, et sur ce qui a “bouleversé” mon activité.

 

Les impacts du coronavirus

Déjà, débarrassons-nous du sujet que l’on a tous sur les lèvres : le covid.

Ce truc que l’on a vu arriver doucement de Chine, et dont on n’imaginait les impacts qu’il aurait sur nos vies.

Alors évidemment, dans mon travail, j’en ai senti des conséquences.

✈️ Pour commencer, j’ai pris moins de vacances que d’habitude, car je n’avais pas (ou plutôt plus) de voyages prévus. J’ai stoppé une semaine en juillet pour gérer mon déménagement et aller voir un coucher de soleil au bord de la mer, et deux semaines en septembre pour me marier et partir en mini-voyage de noces.

Ben oui, on est assez classiques nous, le premier voyage à Santorin a été annulé, on s’est rabattues sur Venise.

Résultat : je démarre 2021 crevée, parce que j’ai accumulé beaucoup de fatigue, et que je n’ai pas pris le temps de m’arrêter réellement.

➡️ C’est l’un des pièges de l’indépendant : s’il n’a pas quelque chose de prévu, il a tendance à continuer de travailler.

 

Sur mon activité freelance

 

Les effets n’ont pas été énormes.

⚠️ C’est vrai que quelques contrats ont été mis en stand-by pendant la durée du confinement. Mais ils ont repris ensuite.

D’autres missions qui devaient démarrer ont finalement été annulées, mais elles ont été remplacées par d’autres, que j’ai parfois acceptées par inquiétude vis-à-vis de la situation, et malgré un début de relation compliqué avec les prospects.

🎧 En ce qui concerne les formations, j’avais plusieurs journées prévues fin mars et début mai. Certaines ont été converties en sessions visio, d’autres ont simplement été annulées.

On peut dire que je me suis sentie moins sereine qu’à l’habitude, et que ça m’a conduit à prendre des décisions en me laissant guider par l’appréhension.

 

Finalement, le manque à gagner lié au contexte économique est là, je n’atteins pas l’objectif de chiffre d’affaires que je m’étais fixé, mais je fais quand même une année meilleure que 2019.

 

Sur mon activité de mentor auprès des freelances

 

J’étais sur un rythme de production de contenus hyper soutenu :

✅ je publiais chaque semaine une vidéo

✅ je sortais 2 articles de blog par mois

✅ je postais quasiment tous les jours sur Instagram

✅ j’avais une activité assidue sur Pinterest

 

J’ai été coupée dans mon élan.

 

Parce que quand vous vous demandez si vous allez pouvoir payer votre loyer, que vos clients sont inquiets et ne sortiront pas le moindre centime, que l’actualité est anxiogène et les privations de liberté déprimantes, vous n’avez pas envie d’écouter mes conseils pour développer votre clientèle ou améliorer votre organisation.

Aborder ces sujets me semblait déplacé.

🍿 Alors, j’ai commencé par faire quelques vidéos dont les sujets me paraissaient plus appropriés. J’ai parlé de comment le covid impactait mon activité, j’ai partagé quelques idées de lecture, j’ai évoqué quelques perles de clients. 

Puis j’ai arrêté, parce que je ne voulais pas “produire pour produire”.

En parallèle, j’ai répondu aux différentes sollicitations d’acteurs du monde des freelances, comme Malt, comme L-Expert-Comptable.Com, pour animer des webinars et vous aider à mieux tirer parti de cette période calme.

🎉 Cela m’a permis de dépasser la barre des 1000 abonnés sur ma chaîne YouTube.

 

J’ai également pris du temps pour formaliser mon accompagnement en tant que mentor. Jusqu’à ce moment-là, je n’avais pas fait cet effort, je proposais des séances à la carte et ce n’était pas assez clair.

Une fois l’offre plus formalisée, vous avez été beaucoup plus nombreux à vous inscrire et j’ai pu aider certains d’entre vous à démarrer ou développer leur activité.

 

📚 En parallèle, un projet attendait d’être démarré : la rédaction de mon livre pour aider les développeurs à se lancer en freelance. Eyrolles m’avait contactée début 2020 pour me le proposer, et nous avions validé un plan.

Je l’ai rédigé entre le confinement et le mois de septembre, et j’ai hâte de vous le faire découvrir.

Bien sûr, le planning a été impacté par le covid : les confinements successifs et les fermetures des librairies ont bousculé toutes les sorties de livres.

 

Au moment de me remettre vraiment à publier du contenu, j’ai pris du recul, j’ai analysé mes stats.

📊 J’ai réalisé qu’à trop vouloir bien faire, je m’étais éparpillée. Je produisais trop de contenu, j’étais présente sur trop de canaux.

J’ai décidé de me concentrer sur la vidéo.

 

Aussi, ma vie sociale a pris un sacré coup !

🍻 Chaque mois depuis mars 2016, j’organisais un afterwork pour la communauté Malt.

Depuis février 2020, bien sûr, aucun “aftermalt” n’a eu lieu.

J’ai aussi l’habitude de rencontrer d’autres freelances de façon informelle, autour d’un verre, pour discuter de nos activités. Evidemment, je l’ai beaucoup moins fait cette année.

 

Alors, fin novembre, j’ai décidé de lancer La Permanence des Freelances.

C’est un rendez-vous que je propose tous les lundis à 12h, sur YouTube live, et je réponds à toutes les questions que se posent les freelances et futurs freelances.

Cela me permet d’avoir un lien plus direct avec la communauté.

Si vous voulez recevoir un rappel pour l’édition à venir, vous retrouverez le lien ici (il est mis à jour chaque semaine) : https://hypel.ink/la-permanence-des-freelances 

 

Les événements dans ma vie perso, qui ont impacté mon activité

 

Vous vous dites “Non mais pourquoi elle nous en parle, puisque c’est sa vie perso, on s’en fout!”.

Ben en fait non : quand on est freelance, les frontières pro / perso sont plus minces, et la vie perso impacte énormément la vie pro, et réciproquement.

Et cette année a été riche en changements chez moi.

 

Mon grand-père

En début d’année, il a fait une mauvaise chute, et a perdu en autonomie.

Nous nous sommes organisés pour avoir une présence quotidienne, car la situation était lourde à gérer pour ma grand-mère. Environ tous les 10 jours, je prenais donc une journée “off” pour aller dans ma ville natale. 

Au confinement, nous avons du mettre en pause cette organisation, en espérant pouvoir la retrouver ensuite.

😢 Malheureusement, il nous a quittés la veille du déconfinement.

Alors que la France se remettait en marche, j’étais donc en train de préparer l’enterrement, et dans les jours qui ont suivi, le moral n’était pas au rendez-vous.

Traverser un deuil, ou n’importe quel coup dur dans notre vie perso, c’est aussi devoir trouver en nous des ressources, des forces, pour rester présent pour nos clients, pour garder de la productivité.

 

Le déménagement

Après le confinement, ma moitié et moi nous sommes mises en quête d’une maison pour avoir plus d’espace, et surtout, un jardin.

🏡 Première étape : trouver une maison à louer – en plus au moment où plein de gens décident qu’ils veulent un jardin eux aussi, et donc la concurrence côté candidats à la location est rude.

A priori, notre dossier était bon :

✅ 2 locataires : CDI / indépendante depuis 5 ans avec des revenus stables

✅ un revenu équivalent à 5-6 fois le montant du loyer des maisons qui nous intéressaient

✅ un garant

 

Mais de nombreuses agences ne nous accordaient même pas de visite, car elles voulaient absolument deux personnes en CDI

 

Finalement, nous avons trouvé un propriétaire en direct, qui était indépendant, et donc pas effrayé par ma situation. Ouf !

Ensuite, il a fallu gérer le changement de siège social de ma société. Mon comptable s’est chargé des démarches, mais j’ai eu énormément de documents à remplir, scanner, etc – Une étape palpitante.

📮 Il a aussi fallu que je m’occupe du suivi du courrier (qui a coûté 3 fois plus cher pour mon courrier perso…) et d’informer tous les organismes de mon changement de siège.

Je me suis donc retrouvée avec un nouveau lieu pour travailler.

Dans les premières semaines, j’ai alterné entre la terrasse, le salon, le bureau. Je n’ai pas vraiment pris la peine de décorer le bureau et d’en faire une pièce agréable, du coup finalement je l’utilisais assez peu.

 

Le mariage

👰🏻 “Mais elle raconte vraiment sa vie elle, c’est quoi le rapport?”

Alors là je vous le jure, il y a plusieurs rapports.

Déjà, ceux qui sont passés par là le savent : c’est du boulot de préparer (et aussi de décaler – merci le covid…) un mariage.

On y a consacré beaucoup d’énergie, et ça a parfois rogné sur mon temps de travail.

Et je ne vous raconte pas la dernière semaine, pendant laquelle chaque jour je recevais un appel de l’un des prestataires qui voulait m’informer d’un nouveau problème 😲

 

Cela a donc pris pas mal de mon temps, mais ça a également un peu réduit ma concentration.

Il y a eu le voyage de noces aussi, qui était notre seul voyage de l’année, et pour lequel je voulais faire une vraie coupure.

📧 Donc en 2 semaines, j’ai consulté mes mails seulement 2 fois.

J’ai pu me le permettre, parce que je l’avais anticipé.

Du coup dans les derniers jours, je passais du “Mais elle est relou de nous dire seulement maintenant qu’elle amène son copain, on n’aura jamais assez de dragées pour tout le monde.” à “Oula il faut vraiment que je termine ce bilan avant de partir”.

📛 Et puis quand on est une femme, et qu’on se marie, il y a également la question du nom. D’ailleurs certains clients m’ont félicitée et m’ont tout de suite demandé “Alors on t’appelle comment maintenant?”.

C’est très courant que lorsqu’elle se marie, une femme “abandonne” son nom de famille au profit de celui de son mari.

Mais il y a deux choses :

✅ Lorsqu’on est indépendante, les gens nous connaissent avec notre nom – si je ne m’appelle plus Marion Giroudon, j’ai un doute : est-ce qu’on comprendra que c’est bien toujours moi ?

✅ Moi je n’ai pas un mari, mais une femme. Du coup il y a moins cette règle tacite et c’est à nous de choisir – globalement, je vais y venir dans le paragraphe suivant, mais nous sommes indépendantes toutes les deux, donc pour l’instant on continue d’utiliser nos noms comme avant.

 

On est maintenant deux freelances à la maison

C’est ce que je vous expliquais à l’instant : mon épouse est devenue freelance elle aussi, nous travaillons donc toutes les deux de la maison depuis quelques mois.

👩‍❤️‍👩 Forcément, cela a bousculé un peu mes habitudes, car depuis 5 ans je travaillais seule toute la journée.

 

Déjà, et c’est un point très cool, j’ai accès à un cerveau de “newbie”, de nouvelle freelance. Mes débuts remontent à 2015, et j’ai beau échanger avec beaucoup de futurs / nouveaux freelances, je ne me rappelle pas exactement de ce qui se passait dans ma tête quand je me suis lancée.

Echanger au quotidien avec quelqu’un qui se lance, voir les questions qu’elle se pose, etc ça m’a beaucoup aidée dans ma stratégie de contenu.

Bien sûr, cela change aussi un peu la façon dont se passe ma journée.

⏰ Je me lève moins tôt, parce qu’elle n’a plus besoin de se lever aux aurores pour se préparer avant de se mettre au volant pour une heure de route.

Je travaille avec un nouveau rythme :

✅ le midi, je fais une vraie pause – pas juste un truc réchauffé que j’avale en vitesse devant Netflix

✅ pendant que je travaille, je me laisse moins distraire (par les réseaux sociaux par exemple) parce que quelqu’un d’autre est installée juste derrière moi et que ça me discipline davantage, ça crée une émulation

je me déplace plus car on ne reste pas à deux dans le bureau quand il y a des calls ou des visios, parce que c’est difficile de se concentrer quand quelqu’un a une longue conversation à côté (surtout que ça m’intéresse alors je suis tentée d’écouter pour qu’on en parle après)

 

Et surtout, on a décoré le bureau, qui est devenu une pièce dans laquelle je m’installe avec plaisir.

💬 Je réalise aussi à quel point c’est précieux d’avoir quelqu’un sous la main, à qui faire part de mes doutes, souvent cela m’aide à prendre plus rapidement des décisions. On fait des métiers très différents, et même si elle n’est pas dans l’univers du digital, c’est enrichissant de pouvoir avoir un avis extérieur.

Mais aussi, ça me permet de voir que j’ai passé des caps et que je me mets plus de limites.

🍝 Il n’est pas rare qu’à 20h je monte lui dire dans le bureau, que le repas est prêt et qu’elle peut s’arrêter de bosser pour venir manger.

Et parfois le soir, alors qu’on est plongées dans une série, je la surprends à checker ses mails sur son téléphone.

 

L’euphorie du début, l’envie que ça fonctionne, le côté nouveau, fait qu’elle accepte plus facilement que son travail empiète sur son temps perso. De mon côté, je fais en sorte d’avoir un équilibre entre les deux, et d’avoir des temps de déconnexion.

📵 Par exemple, sur mon téléphone, vous ne trouverez pas d’outils pour consulter mes mails, alors que j’en avais un pendant mes 2 premières années d’activité (enfin j’ai Gmail pour mes mails persos quand même, je ne suis pas une sauvage).

Vous savez tout sur mon année 2020 ! 

Dans les jours prochains, je vais publier une vidéo sur mes envies / objectifs / prévisions pour 2021, et je la posterai ici.

 

Je vous encourage à faire cet exercice vous aussi, et vous demander :

✅ ce qui a changé pour vous en 2020

✅ si vous avez atteint vos objectifs

✅ ce qui vous a plu dans cette année et ce qui vous a déplu

Cela vous permettra de dessiner votre année 2021 idéale et de définir des actions pour atteindre vos objectifs.

Pour recevoir chaque semaine mes meilleurs conseils, ça se passe ici :

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *