Consultant independant

Comment devenir consultant indépendant ?

Vous êtes consultant dans une entreprise, et vous vous sentez à l’étroit en tant que salarié ?

Vous avez envie de plus de liberté, de marge de manoeuvre, de travailler pour vous ?

Alors devenir consultant indépendant est peut-être la bonne idée !

Pour bien définir votre projet, voici les 5 étapes que je vous conseille !

 

1. Vous demander si vous êtes fait pour ça

Etre indépendant apporte son lot d’avantages, mais peut aussi présenter des contraintes.

En effet, vous êtes plus libre, vous décidez de votre emploi du temps, de votre lieu de travail, des méthodes et outils que vous voulez utiliser, etc… Pour moi, ce sont de vrais avantages au statut de freelance !

Par contre… Vous travaillez souvent seul, vos revenus peuvent être en dents de scie, vous devez gérer l’administratif, trouver vos clients, et vous devez trouver en vous la motivation pour vous lever chaque matin.

Il est important d’avoir un temps de réflexion, pour vous assurer que vous lancer en indépendant est quelque chose qui vous correspond !

A ce sujet, dans mon dernier article, j’évoquais les 7 questions à vous poser pour savoir si vous êtes prêt à devenir freelance. N’hésitez pas à aller le lire !

 

2. Discuter avec des consultants indépendants

Pour vous faire une idée plus précise des réalités d’un consultant indépendant, le mieux est d’échanger avec des personnes qui sont dans cette situation.

Si vous avez dans votre réseau des consultants freelance, c’est le moment de les contacter ! Votre demande sera certainement très bien accueillie : les gens sont toujours flattés qu’on leur propose de s’exprimer, que l’on valorise leur expérience.

Si vous n’en connaissez pas encore, pas de panique ! Vous pouvez participer à des événements qui les réunissent (n’hésitez pas à vous inscrire aux groupes Meetup de votre région), ou bien vous pouvez en contacter sur LinkedIn.

Ces échanges doivent vous permettre de comprendre quelles sont les difficultés qu’ils rencontrent, comment ils trouvent leurs clients, gagnent leur vie, etc…

Après ces discussions, vous devriez être en mesure de prendre une vraie décision !

 

3. Définir votre positionnement

L’erreur la plus courante chez les freelances débutant, c’est de ne pas choisir de positionnement clair.

Au départ, c’est contre-intuitif de se spécialiser. Par peur de ne pas trouver de client, ils se lancent en voulant « bouffer à tous les râteliers » : ils sont prêts à travailler avec tout le monde, et à effectuer n’importe quel type de mission.

En faisant ça, ils restent dans la peau d’un demandeur d’emploi qui postule pour un poste : ils sont en situation de demande. Leur posture les conduit donc à se brader, et à travailler sur des missions qui ne les épanouissent pas.

Pour éviter ça, je vous encourage à définir de façon très claire votre positionnement, et votre offre de services, comme le ferait n’importe quelle entreprise. Car vous allez maintenant devoir raisonner en tant que chef d’entreprise !

Votre positionnement peut globalement se définir à deux niveaux :

Quelles sont les prestations que vous allez proposer : consulting en management, en RH, en organisation, en stratégie d’entreprise, etc —> Vous allez pouvoir les définir en fonction des compétences métier que vous maîtrisez déjà, ou que vous souhaitez développer.

Quels sont les secteurs d’activités sur lesquels vous allez vous spécialiser : parce que vous y avez plus d’expérience, que votre réseau y est plus développé ou parce qu’ils vous attirent davantage —> Vous deviendrez rapidement une référence et le bouche-à-oreille fonctionnera plus vite.

Vous pouvez donc nicher votre activité sur une compétence métier, ou bien un secteur d’activité, ou carrément les deux. Par exemple, j’ai dans mes contacts une consultante Google spécialisée e-commerce, et un ami de ma famille est consultant en organisation pour le secteur logistique.

Vous pouvez pensez que c’est “trop pointu”, mais ces deux personnes ont leur emploi du temps bien rempli depuis longtemps, et ne sont plus en mesure d’accepter de nouveaux clients.

 

4. Choisir votre statut

Si vous démarrez une activité indépendante dans le conseil, vous allez vite faire face à un dilemme : quel statut juridique choisir ?

Micro-entreprise, entreprise individuelle, EURL, SASU, portage salarial, coopérative d’activités : voici un tour d’horizon des possibilités qui s’offrent à vous ! Pas moins de 6 statuts peuvent vous permettre d’exercer.

Il va vous falloir choisir le plus adapté à votre activité : celui qui vous permet de vous rémunérer le mieux.

5. Chercher des clients

Vous êtes décidé, vous avez un positionnement, vous avez un statut, il est temps de passer aux choses sérieuses : trouver des clients !

Pour cela, plusieurs moyens existent, il vous appartient d’exploiter plutôt ceux qui correspondent à la fois au secteur d’activités que vous ciblez, et à votre personnalité !

Commencez par travailler votre réseau : participez à des événements, intervenez sur les réseaux sociaux, faites savoir à vos anciens collègues ou clients que vous proposez vos services en freelance, etc…

Pensez également à travailler votre personal branding : mettez bien à jour votre profil LinkedIn, et publiez régulièrement du contenu pour montrer votre expertise et faire ainsi venir à vous des prospects.

Il peut également être intéressant pour vous de vous inscrire sur les plateformes de freelances liées à votre activité : elles peuvent vous permettre de recevoir des demandes de prospects très qualifiés !

 

Avec ces 5 étapes, vous avez maintenant toutes les cartes en main pour préparer votre lancement !

Besoin d’un guide plus complet ? Téléchargez la checklist Démarrer en freelance grâce à ce formulaire :

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *