Devenir freelance - le grand saut

4 grandes étapes pour devenir freelance

Beaucoup de salariés que je rencontre me font part de leur envie d’indépendance. Ils aimeraient ne plus avoir de chef sur leur dos, choisir quand et où ils travaillent, gagner mieux leur vie et être plus reconnus pour ce qu’ils font.

Mais ils hésitent, ils se posent beaucoup de questions. Ils se demandent comment devenir freelance.

Pour démarrer dans de bonnes conditions, une fois que l’on a créé la situation sécuritaire qui nous permet de se lancer l’esprit tranquille, 4 grandes étapes sont à respecter.
 
 

1 Devenir freelance, oui mais quelles sont les démarches administratives ?

 

La majorité des freelances débutant optent pour la micro-entreprise qui a le mérite d’être simple à créer, être gratuite et limiter les risques : si ça ne fonctionne pas, on clôture sans rien devoir payer.

Elle permet également de bénéficier du double aide de la part de Pôle Emploi, à savoir le maintien des allocations chômage ET un allègement des cotisations.

Choisir le statut, c’est donc la première des choses à faire.

Mais attention : la micro-entreprise ne convient pas pour tout le monde ! Avant de vous décider, vous devez pensez à plusieurs paramètres : votre ambition de chiffre d’affaires, les charges que vous allez payer, votre volonté de sous-traiter, etc…

Vous devrez ouvrir un compte bancaire pour votre activité, trouver un comptable (ou au moins un outil de comptabilité), peut-être assurer votre responsabilité civile professionnelle. Il vous faudra rédiger la trame du contrat que vous proposerez à vos clients (vous vous demandez quoi mettre dedans ? je vous donne quelques clés dans cet article)

Pour l’ensemble de ces choses, n’hésitez pas à demander les avis de personnes que vous connaissez, qui ont traversé ça ou dont c’est le métier, qui pourront vous conseiller.
 
 

2 Devenir freelance, c’est créer une entreprise

 

Et comme toute entreprise, vous devez avoir un positionnement :

  • que vais-je proposer exactement ?
  • à qui vais-je le proposer ?
  • à quel prix ?

Lorsqu’on se lance à son compte, on manque souvent de confiance en nous.

On est toujours dans la peau du salarié ou du candidat à un emploi, on se considère “en recherche” ou “en demande”, comme en témoignent de nombreux profils LinkedIn. Nombreux sont donc les freelances qui imaginent qu’ils doivent “savoir un peu tout faire” s’ils veulent trouver des missions.

Pourtant, on doit sortir de ce rôle de prestataire et devenir des partenaires pour nos clients. Nous sommes des professionnels, qui proposent nos services et compétences à nos clients.

La première réflexion à avoir est donc :

  • qu’est-ce que je sais faire ?
  • qu’est-ce que j’aime faire ?
  • quels sont les besoins des entreprises actuellement ?

Il vaudra toujours mieux être expert d’un domaine, d’un outil, que d’être touche-à-tout et de survoler plusieurs choses.

Lorsque vous savez quelles sont les prestations que vous pouvez offrir, il est temps de pensez à vos clients :

  • qui seront mes clients ?
  • quel est leur secteur d’activité ?
  • quelles sont leurs problématiques ?

Identifier vos futurs clients va vous permettre non seulement d’ajuster votre offre, mais aussi de définir votre communication et de savoir comment toucher vos prospects. Cette étape ne doit vraiment pas être négligée !

Pour finir sur votre positionnement, il vous faut fixer vos tarifs :

  • au forfait?
  • à la journée ? (ce qui est le plus courant chez les freelances)
  • à la commission ?

C’est à vous de voir ce sur quoi vous êtes le plus à l’aise, en vous assurant de ne pas vous brader. Vous pouvez pensez qu’au début il est obligatoire de pratiquer des prix bas pour trouver des clients. Comme s’ils vous faisaient une faveur en vous choisissant.

 

 

 
 
Ce serait une erreur d’avoir des tarifs trop bas. Les prix bas sont perçus par les bons clients comme de la mauvaise qualité. Ils attirent les “mauvais” clients, ceux qui ne sont pas prêts à payer pour de la qualité. Et au final vous vous retrouvez coincés dans vos tarifs trop faibles.
 
 

3 Vous devenez aussi votre propre chargé de communication

 

Eh oui : quand on devient freelance, on devient un chef d’entreprise et on doit être polyvalent car on gère tout de A à Z !

Il vous faudra donc aussi gérer votre communication, car oui, vous devenez une marque !

Vos réseaux sociaux doivent donc impérativement être à jour, mais ça ne suffira pas.

Il vous faut un site web, des cartes de visites, et travailler votre réputation, votre autorité.

Le site web doit permettre aux prospects de comprendre les services que vous proposez, se rassurer sur vos compétences et vous contacter facilement.

La carte de visite n’est pas morte : en 2018 elle se distribue toujours dans les salons, apéros, conférences, etc… Assurez-vous qu’elle reflète bien votre expertise, et qu’elle attire l’oeil pour que votre interlocuteur aie envie de la conserver.

Et justement, un élément de votre communication est indispensable avant l’échange des traditionnelles cartes de visite : c’est votre pitch. Je ne parle pas des brioches au chocolat, mais du “discours” court et percutant par lequel vous vous présentez à quelqu’un que vous rencontrez.

Quand je rencontre quelqu’un pour la première fois, à une conférence par exemple, je ne dis pas “Je m’appelle Marion, j’ai 31 ans, je suis consultante webmarketing en freelance depuis 3 ans, je fais du référencement payant et du naturel, aussi de l’Analytics, …” ah, il est déjà parti ou s’il endormi ! Je dis plutôt que j’aide les PME à avoir plus de visiteurs sur le site, et à les transformer en clients. C’est court, et ça va droit au but, mon interlocuteur comprend immédiatement l’objectif de ce que je fais et le retiendra facilement.

 
 

4 Devenir freelance c’est aussi devenir votre propre commercial

 

Aujourd’hui je ne fais plus de prospection : j’ai construit un réseau assez solide pour recevoir plus de demandes que ce que je peux traiter. Mais ça n’a pas toujours été le cas !

Quand j’ai commencé, j’ai du mettre en place de nombreuses actions pour me faire connaître. Et ce sont des actions que vous devrez initiez aussi :

  • inscription sur les plateformes de freelances
  • inscription à des groupes Meetup pour participer à des événements
  • contact auprès des agences qui pourraient vous sous-traiter des missions
  • prospection auprès d’entreprises susceptibles d’avoir besoin de vous
  • reprise de contact avec les membres de votre réseau pour qu’ils sachent ce que vous faites maintenant

Ne nous voilons pas la face: cette phase de démarrage où il faut se faire connaître, trouver les premiers clients, ce n’est pas toujours facile !

Elle est jalonnée de moments de doute, de découragement, et d’inquiétude, mais il y a du travail pour tout le monde, et petit-à-petit votre réseau va s’élargir, votre discours va s’ajuster, et tout ça va devenir de plus en plus facile.

Prêt.e pour le grand saut ?  J’ai préparé la checklist des 14 must-do pour se lancer, et devenir freelance sereinement. Téléchargez-la tout de suite, c’est gratuit !

2 thoughts on “4 grandes étapes pour devenir freelance”

  1. Bonsoir Arnaud,
    Cela dépend de plein de choses !
    Les fonctionnalités du site / la part de travail que tu dois fournir (réflexion sur l’arbo, rédaction de contenus) / le degré de personnalisation du site.
    Dans un premier temps tu peux estimer le nombre de jours que tu juges nécessaires pour réaliser le site en fonction de tout ça, et le multiplier par ton tarif jour.
    Bonne soirée
    Marion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *